Les Vérités de Mémé Rose

Ce sont des faits véridiques.
Pas une virgule, pas un point imaginés.
Bien vivants les personnages. De nos jours. Vous, moi et tous les autres.
Pouvons lire entre les lignes de la vie. Voir. Comprendre. D'autres vérités. La vérité.
Autant de lecteurs, autant de livres, m'a-t-on dit!
Ce qui me touche le plus c'est qu'il touche ceux que j'espérais voir vibrer.
Il n'a aucune volonté de porter un message ou de persuader qui que ce soit.
Il est ressenti très souvent comme un hymne à l'amitié sensuel et même charnel.
Pudique aussi.
On m'a dit: "on s'assoit à côté des personnages, on les aime."
On m'a dit aussi : " je l'ai lu comme d'autres croquent un bonbon..."
C'est déjà pas mal et pourtant j'en attends encore plus.
Il a un chemin à faire.


vendredi 19 août 2016

Mémé rose se demandait bien pourquoi Pierre ne répondait pas...

Ce n'est pas de lui, ça, un dimanche!!... un peu déçue aussi, Mémé Rose adorait bavarder avec lui, il est si bon en fait, le verbe juste, cinglant parfois...
En fait un homme de coeur, je crois qu'il est célèbre, disait-elle à ses amis mais de la célébrité ils n'en avaient jamais parlé...

Elle était dans ses pensées, dans  cette relation si furtive et si forte...
mais qu'est-ce qui me prend???
je reviendrai lui parler plus tard
elle cueillît un bouquet de roses sans trop y penser
je lui offrirai pour son dimanche


Merci Pierre d'être Vous

Guy Toucas

samedi 7 mars 2015

Mémé Rose était encore à peine remise de son voyage à Hyères

Qu'elle belle remise des prix ! d'autant plus belle , que je me suis vue remettre le premier:
Pas d'erreur, ça flatte ... Bravo le Moulin des contes, organisateur de ce concours de nouvelles, 
57 concurrents avec pour thème cette année : "le fil conducteur"
Il faudra que j'en parle à Geneviève,  Pascal et ... alias Georges!
"Au fil de la vie"... je les adore ces 3 jeunes filles
Eulalie,Catherine et Laurence
elles ont tiré, de génération en génération,  le fil conducteur car,
les toutes trois ont découvert l'homme de leur vie, dans l'émotion d'un coup de foudre
celui qui couche les blés au milieu de l'été
avec la même ardeur et le même son prometteur...
une vie, un amour...
Mémé Rose se mit à sourire aux nuages
son amour à elle, il était là maintenant .

jeudi 6 mars 2014

Siam, ou croire au paradis n'est pas vain

Mémé Rose n'en revenait pas, c'était  toujours comme ça quand une belle chose lui arrivait.
"Siam" la nouvelle qu'elle avait fait concourir au Moulin des Contes à Hyères
avait obtenu Le Grand Prix du Jury...formidable !!! Non?
et devant 47 concurrents .... trop beau....
Le thème cette année était "20 ans"
et la petite Siam en fuite de son pays, pour échapper  à la haine, a conquis entièrement le jury.
Siam a obtenu le premier prix, tout comme Louise dans "Le Retour" et José dans "Rupture" avait eu le troisième !!!
des nouvelles précédentes.
Bravo!!!
Alors! Dame Mémé Rose ne faites pas votre modeste !
savourez ce bon  moment avec tous vos lecteurs (et admirateurs paraît-il)



mardi 29 octobre 2013

Mémé Rose à Port-Cros

Mémé Rose en jubilait encore, comme au temps de son enfance, quand elle était "trop contente", comme si on pouvait mesurer le contentement.
Elle avait accepté une invitation sur l'île ... elle avait bien sûr très peur de prendre le bateau :
"Alors, un peu de courage, la mer est plate et la lune est haute, les poissons n'ont pas faim. Ah si vous pensez me convaincre avec vos âneries !!" grommelait-elle.
Et voilà comment elle s'est retrouvée sur l’île de Port-Cros, un vendredi 13 ... ça alors, ça ne s'invente pas !!
Un vendredi 13, on a beau se dire que l'on n'est pas superstitieux...
C'était pour elle jour de chance !
Son billet du ferry valait bien celui du loto..
On lui présenta les êtres les plus merveilleux que l'on puisse rencontrer, de ces gens qui sont un mélange de sérénité, d'authenticité, un couple Jeanne et jean, ça aussi, il fallait le trouver...
Uni, soudé, comme la mer et le ciel, chaleureux comme le soleil et joyeux comme les "gabians" qui suivent les barques des pêcheurs.
Mon dieu comme la journée était lumineuse, parfumée à l'accent provençal, au safran aussi comme la bouillabaisse, et la pissaladière, la vraie !
avec des oignons frits et des anchois en étoile sur le dessus d'une pâte à pain.
Une prochaine fois je vous parlerai d'eux, de leur vie sur une île, mais pour aujourd'hui, je les garde encore pour moi.
Et sans rien ajouter, Mémé Rose avec un petit signe de la main, s'en alla dans son jardin.









mardi 30 avril 2013

Turbulences à 10.000 pieds

Mémé Rose n'était pas contente ... "pour une fois que je fais de l'humour !" Elle repensait qu' autrefois dans le village, les blagues étaient quotidiennes, elles remplaçaient les oreillettes, Iphone et internet, on communiquait avec ... Vous connaissez la dernière ??...ainsi allait le monde , simplement, naturellement . J'ai voulu faire de l'humour avec ma nouvelle ... et bien ... pas de Prix , nada , ça n'a pas plu! Tant pis pour moi, la prochaine fois je ferai pleurer Margot !! Au fait , si vous voulez la lire , Pascal la met en ligne ...si elle vous plait ou pas ne craignez rien , demain j'irai mieux. Merci de vos commentaires à bientôt